Breaking news
L’horoscope du jeudi 2 février 2023 – . -

les enquêtes sur les naturalisations turbo genevoises sont en cours

--

Les enquêtes sur les naturalisations turbo genevoises se poursuivent

Publié : 24/01/2023, 21:38

Déposer votre dossier de naturalisation et recevoir la nationalité suisse six mois plus tard ? Ce qui est impensable pour la plupart des personnes souhaitant se naturaliser était apparemment une pratique courante à Genève depuis des années. C’est du moins ce que l’ancien directeur de la sécurité genevoise, Pierre Maudet, a déclaré au journal “Le Temps” après Ce journal a révélé, sur la base du dossier de naturalisation d’un banquier d’origine libanaise, que Maudet a non seulement poussé à travers le processus, mais a également ignoré les préoccupations juridiques de ses employés.

À partir de 2015, Maudet a aidé un banquier libanais à obtenir rapidement la naturalisation. Le Libanais n’avait pas seulement le problème de ne pas avoir vécu assez longtemps au même endroit en Suisse. Il est également devenu clair que son permis de séjour B ne serait plus suffisant pour la naturalisation car un permis C aurait été requis après un changement de loi début 2017.

Le délai de traitement extrêmement court “n’est pas exceptionnel”, confie désormais Maudet au journal “Le Temps”. Entre 2014 et 2020, 116 dossiers de naturalisation ont été traités à Genève en moins de neuf mois.

Mais le parquet genevois doute également que la pratique cantonale en matière de naturalisation ait toujours été légale. Par conséquent, vous menez des poursuites pénales depuis longtemps et nommez également publiquement l’infraction pénale sur laquelle vous enquêtez : abus de pouvoir. Cependant, la justice pénale genevoise ne poursuit pas Maudet lui-même ou ses employés impliqués dans l’affaire, mais des inconnus.

Le procureur général Olivier Jornot doute que la pratique genevoise des naturalisations ait toujours été conforme à la loi et mène donc des poursuites pénales contre des inconnus pour abus de pouvoir.

La correspondance publiée par ce journal entre Maudet, ses employés et le banquier n’était pas connue du procureur. Après la publication de ces e-mails, il est désormais concevable qu’il y ait un nouveau mouvement dans la procédure pénale, également parce qu’au moins un individu avait demandé lundi au parquet d’agir par le biais d’une plainte pénale. Une copie publicitaire est disponible auprès de cet éditeur.

--

En l’espèce, le département Maudet a conseillé au citoyen libanais désireux de se naturaliser plusieurs mois avant le transfert de ses documents de Schwyz à Genève d’atteindre la durée minimale de résidence prescrite par le droit cantonal. De plus, il existe au moins des doutes quant à savoir si le banquier s’est réellement déplacé physiquement à Genève et y a eu son domicile principal ou s’il a simplement déplacé ses papiers ici.

Rapport GPK épicé

Un avertissement selon lequel les choses auraient pu mal se passer à Genève compte tenu des naturalisations rapides avait déjà été rejeté par la Commission d’audit du Grand Conseil (GPK) en 2021. A l’époque, le GPK avait enregistré des soupçons d’abus auprès de l’Office de la population dans un rapport. Selon les conclusions du GPK, les hauts conseillers genevois de divers partis ont exercé à plusieurs reprises le droit d’intervenir auprès de l’Office de la population pour accélérer les demandes de naturalisation. Bien que les parlementaires aient considérablement moins d’influence sur l’administration que le conseil de gouvernement responsable, on dit qu’il y a eu une certaine influence.

Lorsque le procureur a voulu interroger formellement deux membres du GPK sur les conclusions du rapport, le GPK a refusé, invoquant la séparation des pouvoirs. La seule chose qui est devenue claire depuis lors est que la loi genevoise prévoit un traitement accéléré des demandes de naturalisation si, par exemple, vous êtes un athlète de haut niveau ou un contribuable important et que la délivrance d’un passeport suisse serait dans l’intérêt public. ; mais il est tout aussi clair que l’atteinte aux dispositions légales est également interdite à Genève.

SEM n’intervient pas

Que savait le secrétaire d’Etat aux Migrations (SEM) de la pratique genevoise des naturalisations ? Le SEM, en tant que dernière instance dans les procédures de naturalisation à Genève, aurait-il pu intervenir ou même devoir intervenir, également pour garantir l’égalité juridique de tous les résidents des autres cantons qui souhaitaient se faire naturaliser ?

A la demande, le porte-parole du SEM, Daniel Bach, affirme désormais que le secrétaire d’Etat en cas de naturalisations ordinaires “dans le domaine des droits civils envers les cantons et les communes n’a aucune obligation de contrôle ni pouvoir d’édicter des instructions”. . Bien que le SEM vérifie, selon sa compétence, si les exigences minimales énumérées dans la LDP sont remplies, cette vérification n’est effectuée que “sur la base des dossiers présentés par le canton”.

Le SEM fonde son appréciation sur les informations officielles des cantons, notamment en calculant également la durée de séjour légalement prescrite. Selon le porte-parole du SEM, les confirmations officielles de résidence sont jointes « régulièrement » aux demandes de naturalisation. Cependant, la Confédération vérifie uniquement pour chaque dossier “si la naturalisation porterait atteinte à la sécurité intérieure ou extérieure de la Suisse”.

Philippe Reichen il est correspondant pour la Suisse romande basé à Lausanne depuis 2012. Il a étudié l’histoire, la philosophie et le droit constitutionnel général aux universités de Zurich et de Fribourg-en-Brisgau.Plus d’informations @PhilippeReichen

Avez-vous trouvé un bogue?Signaler maintenant.

9 commentaires

- suspicion abus pouvoir les enquêtes sur les naturalisations turbo Genève sont cours

les enquêtes sur les naturalisations turbo genevoises sont cours

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

--

NEXT Le « Cé qu’è lainô », hymne sanguinaire et anti-laïc ? – .