Cartier consacre un pop-up à la panthère – .

Cartier consacre un pop-up à la panthère – .
Cartier consacre un pop-up à la panthère – .
--

Cartier consacre un pop-up à la panthère

Publié aujourd’hui à 10h05

“Dans la nature”. C’est le nom du lieu interactif et immersif créé par Cartier au 74, Bahnhofstrasse. Ouvert jusqu’à Noël, ce pop-up de plus de 530 m² répartis sur deux étages est entièrement dédié à la panthère, son animal emblématique. On découvre sa première apparition en 1914, sous la forme d’une pendule en onyx chiné, puis son évolution stylistique jusqu’à nos jours. Soutenez les croquis, les documents d’époque, les vidéos et les photos d’archives. Sans oublier celle que l’on surnommait « la panthère », Jeanne Toussaint, première femme directrice de la création joaillière de la maison. Laurence Bourgeois, CEO de Cartier Suisse nous en dit plus.

Ce popup est-il le premier ?

Nous ouvrons ce type d’espace depuis un certain temps à cette période de l’année où notre magasin de la Bahnhofstrasse est très fréquenté. C’est une façon d’agrandir votre surface, en proposant à chaque fois une « expérience client » différente, dans un lieu différent. Cette année nous avons voulu rendre hommage à la panthère, qui est un emblème très fort de la maison, avec un aspect similaire à une exposition mais très interactif.

Pourquoi Zurich?

C’est une ville ultra dynamique du point de vue culturel, artistique, gastronomique et Mode. Et Cartier y a réalisé une croissance incroyable suite à la rénovation et à l’agrandissement du magasin en 2018, ce qui l’a rendu plus chaleureux et expérientiel. A Zurich, les clients sont habitués à une qualité de vie et de service élevée. Le magasin est totalement intégré à cette exigence.

À quoi ressemble l’expérience, concrètement ?

Au rez-de-chaussée, un ligne de temps vous plonge dans l’histoire de la panthère chez Cartier et même du bureau de Jeanne Toussaint que nous avons reconstitué à travers un jeu de projection. Nous avons découvert qui il était et comment il s’inscrivait dans son époque. C’est très immersif. Ensuite, les sept métiers qui composent le scénario de la panthère (designer, sculpteur, fondeur, joaillier, gemmologue, lapidaire, polisseur et sertisseur) sont expliqués et permettent à l’animal de prendre vie. Le premier étage a plutôt une fonction d’accueil et de présentation des pièces.

--

Qui était Jeanne Toussaint ?

Une femme de style et de caractère qui, après avoir rencontré Louis Cartier en 1920, rejoint la maison où elle crée d’abord des sacs et des accessoires, puis est responsable du département S comme Argenterie et, enfin, à partir de 1933, dirige la création de bijoux. Ce n’était pas courant à l’époque. C’était courir le risque de mettre une femme à la tête d’une équipe d’hommes. Il était déjà “la panthère” avant sa rencontre avec Cartier, mais son surnom s’est si bien incarné dans ses créations qu’il est devenu l’un des emblèmes de la maison.

Qu’a-t-elle apporté à Cartier ?

Son bestiaire, dont la panthère, devenue depuis emblématique. C’était une idée très audacieuse, car c’est un symbole fort. Et les femmes qui l’ont portée se sont reconnues dans cette création. C’était pour s’affirmer en tant que femme et montrer une certaine liberté. Jeanne Toussaint a également innové en créant de nouveaux porteurs pour ces bijoux figuratifs, enroulant les animaux sur une épaule, sur la taille, sur la tête…

Pourquoi est-ce toujours aussi important pour la maison ?

Elle était l’une des rares femmes de pouvoir de l’époque, en raison de sa force de caractère et de ses fonctions. Mais c’est surtout grâce à son apport créatif qui a été maintenu. La période pendant laquelle il a dirigé la création de bijoux a été très fertile. Certaines pièces ont marqué l’histoire et séduisent clients et visiteurs à chaque fois qu’elles sont exposées.

Avez-vous trouvé un bogue?Veuillez nous en informer.

1 commentaire

Cartier consacre popup panthère

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

--

PREV Guerre en Ukraine: l’Allemagne ne veut plus acheter de munitions suisses
NEXT pour une approche décloisonnée de la fiction longue (Genève) – .